La chaîne de cheville: Histoires et anecdotes

Publié le : - Catégories : My Little "Bijou du monde"

Focus sur un bijou qui fait désormais partie des incontournables de nos boites à bijoux, et dont l’histoire regorge d’anecdotes croustillantes, parfois rigolotes et d’autres beaucoup moins : La chaîne de cheville, chevillière, bracelet de cheville, bracelet de pied, Anklet ou Khalkhal.

Si son usage à travers les cultures et au fil des temps tourne largement autour de la beauté, de l’érotisation du corps de la femme et de la séduction,  la chaîne de cheville est parfois également destinée à certains usages particuliers. Voici quelques brèves, qui ont retenu notre curiosité !

Parure de mariage…ou bijou de chasteté !

Chaînes de chevilles indiennesEn Inde, la chevillière est  un bijou de noce, faisant partie intégrante de la parure de la jeune mariée,  bijou très lourd en argent, empierré ou non, souvent associé à une bague d’orteil.  Si de nos jours son rôle est d’embellir la mariée, on retrouve des modèles très anciens de  « jhangheer » (qui signifie littéralement « chaîne ») constitués de deux bracelets de cheville très lourds, reliés l’un à l’autre par une chaîne, clairement destinés à limiter les mouvements de la future mariée…  Si de nos jours la chaîne de cheville orientale est symbole de beauté et d’élégance, il fut des époques ou son évocation représentait bien des sacrifices !

Esthétisme…ou corset pour la marche !

On retrouve également ce type de bijoux de chevilles dans le sud de la Chine mais cette fois dans le but de réduire la longueur des pas, ceux-ci -les petits pas (comme les petits pieds) étant alors une norme de beauté féminine ! Ces chevillières très contraignantes pour les femmes présentaient  en « contrepartie » un travail très recherché : ciselage,  breloques et dessins très soignés.

Peut-être l’origine de nos chaînes de chevilles à breloques qui fort heureusement ont abandonné le côté barbare tout en ne conservant que  les attributs esthétiques et le raffinement !

Critère de beauté… et d’appartenance à une caste ou à une tribu !

Bracelet de cheville en or pour dote de mariageLe bracelet de cheville est communément un marqueur d’appartenance tribale, c’est le cas chez de nombreux peuples d’Afrique, mais également dans certaines tribus d’Asie. Au Rajasthan par exemple, généralement forgé dans un métal précieux, l’or, l’argent, le bronze, ce bijou est selon sa taille, selon son poids et ses dimensions, représentatif de la bravoure et du mérite de celle qui la porte, envers la tribu. La chevillière était alors souvent ornée de pierres fines et d’incrustations diverses, vestige passé de nos chaînes de chevilles empierrées.

Un bijou…une dote pour voir venir


Femme Himba portant des bracelets de chevillesChez de nombreux peuples, la chaîne de cheville est  offerte en dote le jour des noces, sa valeur, le travail, le ciselage et les pierres qu’elle présente sont garants de la valeur de la dote, comme du rang social de la future épouse. Ce bijou peut alors revêtir une importance considérable dans toute l’économie du village! C’est le cas dans certaines tribus d’Afrique, chez qui le bracelet de cheville ressemble d’avantage à un jonc  rigide, à porter à la cheville pouvant peser plusieurs kilos !

Une chevillière…Talisman

Bébé chinois portant des chaînes de chevillesEn chine, selon certaines croyances, les bracelets de cheville sont rigides, munis d’un petit grelot, et sont portés par les bébés, comme un talisman afin d’éloigner les mauvais esprits. La sonorité de la petite boule aurait également des vertus apaisantes sur le nourrisson !

Chaîne de cheville… et bracelet de joie

Bracelet de cheville rigide empierréEn Egypte ancienne, le « KhalKhal » était l’attribut des filles de joie. Afin de se distinguer des filles « vertueuses », les prostituées étaient à l’époque contraintes de porter des tenues masculines. Les signes distinctifs de leur féminité étaient alors réduits aux bijoux qu’elles portaient aux pieds, bagues de pieds et chevillières. Ce bijou était alors le symbole de l’érotisme qu’elles pouvaient offrir, au même titre que les crèmes et onguents dont elles s’enduisaient.

 

 

Chaque bijou revêt sa propre symbolique, véhicule sa propre histoire et c’est ce que nous aimons tant à travers les bijoux du monde, réaliser à quel point nous avons à nous enrichir de cette diversité.

 Il est parfois surprenant de voir qu’à travers les époques éloignées, à des antipodes géographiques, et alors que les moyens de communication étaient loin d’être ce qu’ils sont de nos jours, certains bijoux développent en parallèle des  histoires ou des symboliques identiques, dans des peuples aux coutumes et aux religions bien différentes ! 

Désormais véritable accessoire de joaillerie, standard de mode pour les femmes mais aussi pour les hommes, nous trouvions cela original de vous apporter un regard différent sur votre chaîne de cheville à travers ces quelques anecdotes! 

Si ce billet vous a plu et que vous souhaitez y apporter vos postes, n'hésitez pas à nous en faire part! Ce blog est le vôtre et nous ne demandons qu'à profiter et faire profiter nos lecteurs de vos commentaires, et autres histoires sympathiques!

Partager ce contenu